Autopassion.net le site ddi  l'automobile cr par ses utilisateurs

Employer des collaborateurs avec un handicap : un enjeu pour les managers

Aller en bas

Employer des collaborateurs avec un handicap : un enjeu pour les managers

Message  gdbabou le Ven 27 Juil - 5:33

Signe que les choses vont dans le bon sens, 41 270 établissements privés ont été « mis à l’amende » en 2016 contre 54 984 en 2008. Alors que la loi oblige tout employeur de plus de 20 salariés à afficher l'équivalent de 6 % de travailleurs handicapés dans son effectif, de plus en plus de managers se mobilisent pour expliquer l’intérêt d’une meilleure intégration.

Mots-clés
collaborateur, embauche.
Rohan Gougé, responsable diversité et alternance chez Korian France (gestion de maisons de retraite médicalisées)
« S’interroger sur nos pratiques grâce au théâtre »
« L’intégration d’un salarié handicapé est une question qui ne peut se résumer à une obligation légale. Le but est avant tout d’accompagner nos collaborateurs avec l’idée, bien plus vaste, d’une responsabilité sociale de l’entreprise. Notre taux est actuellement de 5,06 % de travailleurs en situation de handicap pour 23 000 salariés. Cependant, l’enjeu, au quotidien, est de ne pas réduire un collaborateur à sa différence. L’idéal à atteindre est de voir un handicap comme un paramètre parmi d’autres. Pour faire passer cette idée auprès de nos managers, nous nous appuyons sur l’expertise de l’organisme Théâtre à la carte. C’est un excellent outil pour s’interroger sur ses bonnes pratiques. Nos managers participent depuis trois ans à cette sensibilisation.

Concrètement, on leur propose d’assister à des scènes fictives de la vie quotidienne en entreprise et de se mettre ensuite en scène en essayant de réagir au mieux. Et ensuite, on corrige le tir… C’est un excellent exercice qui permet de mettre le doigt sur les bonnes pratiques à adopter, depuis le recrutement jusqu’au management au quotidien. Il faut avoir quelques clés pour éviter certaines maladresses. Au final, c’est une belle sensibilisation à la différence en général qui servira à manager tous les collaborateurs, handicapés ou pas. »

Jean-Michel Ducasa, fondateur de Joam (prestations de bien-être en entreprise)
« Une forme d’engagement social pour l’entreprise »
Ancien ingénieur, j’ai créé mon entreprise en 2009 après ma « crise de la quarantaine ». Je n’avais pas d’idée reçue sur le profil de mes futurs collaborateurs et ma société a joliment évolué au fil de différentes rencontres. Un jour, j’ai eu l’occasion de prendre des stagiaires issus d'une formation pour déficients visuels et je les ai gardés. Je n’avais jamais spécialement côtoyé le monde du handicap auparavant. Or, pour moi, cela a débouché sur de très belles rencontres à la fois sur le plan humain et professionnel.

Si j’ai un conseil à donner, c’est de se laisser surprendre ! J’ai découvert des personnes talentueuses, qui avaient envie de travailler et en plus que les clients plébiscitaient ! Certains m’ont même soufflé l’idée de demander le label d’ « entreprise adaptée » que j’ai eu en 2014. Concrètement, plus de 80 % de mes collaborateurs sont reconnus travailleurs handicapés. Mais je les vois avant tout comme des salariés compétents, avec leurs particularités et leurs richesses. Cela donne du sens à mon travail et témoigne d’une forme d’engagement social pour l’entreprise. Et c’est aussi une vraie plus-value auprès de nos clients. »

Arnaud Mallemouche, conducteur de travaux chez Hotravail (gestion d’espaces verts)
« Ne pas résumer un collaborateur à son handicap »
« Je sais aujourd’hui, d’expérience, que le handicap n’empêche pas de poursuivre une vie professionnelle comme les autres. À 45 ans, j’ai moi-même été victime d’un accident. Soudain, je n’ai plus été en mesure de travailler comme avant. Physiquement et moralement, le cap a été difficile à passer. J’ai passé plusieurs mois en rééducation, mais j’ai eu la chance de bénéficier d’un excellent accompagnement physique, psychologique et administratif qui m’a permis de reprendre une vie professionnelle normale. J’ai contacté ma MDPH (la maison départementale des personnes handicapées) et suivi la même procédure que les autres salariés reconnus travailleurs handicapés. Mais c’est une reconnaissance administrative qui, avec un accompagnement adapté, n’empêche pas de travailler. Il y a des objets lourds que je ne peux plus porter, mais, à part cela, j’ai repris une vie professionnelle tout à fait normale. Même si, comme dans 80 % des cas, mon handicap ne se voit pas, je n’en fais pas mystère. Je sais que j’ai des collaborateurs en situation de handicap, mais je ne passe pas mes journées à leur en parler. Je les traite comme je veux être traité. C’est une particularité, qu’il faut prendre en compte, mais qui ne définit pas à elle seule qui nous sommes. »

gdbabou
Admin

Messages : 3465
Date d'inscription : 06/09/2012
Age : 53
Localisation : saubusse

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum